Risque Electrique

Définitions
On entend par installation électrique, la combinaison sur un même bâtiment ou établissement de l’ensemble des matériels (canalisations électriques, transformateurs, moteurs électriques, éclairage) et appareillages électriques (interrupteurs, disjoncteurs, relais, contacteurs…).
Les risques d’ordre électrique sont de deux types :
• Choc électrique (passage de courant électrique dans le corps humain) : contact direct avec des conducteurs actifs ou des pièces habituellement sous tension ou contact indirect avec des masses mises accidentellement sous tension.
• Accidents d’ordre électrique survenant dans des matériels ou appareillages électriques.
Ces événements peuvent être à l’origine de dommages corporels, matériels et immatériels (perte d’exploitation).
Les causes électriques des incendies et dommages électriques
Un incendie trouvant son origine dans un matériel ou appareillage électrique peut avoir pour principales causes internes :
Une surcharge, un court-circuit, un échauffement excessif d’une connexion mal serrée ou se desserrant ou un mauvais contact, un défaut a la terre, une rupture de neutre ou de phase, une surtension ou une sous tension sur le réseau de distribution publique.
Les principales causes externes sont :
La foudre, l’électricité atmosphérique et l’électricité statique.
Les principaux matériels et appareillages électriques sensibles aux risques électriques sont :
Les matériels électroniques, les moteurs électriques, les transformateurs, les tableaux de distribution, les coffrets électriques et les canalisations électriques. D’autres sources sont potentiellement dangereuses dans les locaux de l’entreprise, en particulier : les éclairages à lampes halogènes (température du verre atteignant 700°C), les prises multiples surchargées, les machines à café, les convecteurs électriques (desserrages internes, perte de la qualité d’isolant des conducteurs, corrosion), les appareils sous tension en permanence (centraux téléphoniques, circuits de programmation, écrans et unités informatiques, chargeurs, onduleurs)

Les accidents d’origine électrique touchent tant les biens que les personnes.
Les assureurs enregistrent chaque année 30 à 40 % de sinistres incendie ayant pour cause une origine électrique.
L’électricité provoque également chaque année un petit millier d’accidents du travail. Ce nombre cependant est en baisse régulière depuis plus de 10 ans.
Pourtant, utilisée dans de bonnes conditions, l’électricité n’est pas à craindre.
Si à l’origine d’une installation basse tension, la conformité à la norme NFC 15-100 est obligatoire, les transformations, modifications, réaménagements, incidents ou tout simplement le vieillissement peuvent entraîner des accidents plus ou moins graves. Les vérifications périodiques et un entretien régulier permettent de maintenir la sécurité et le bon fonctionnement de votre installation électrique.

Les obligations réglementaires
Principe :
Les installations électriques des entreprises relèvent de la législation
du travail.
Le Chef d’entreprise est donc tenu de respecter les réglementations
résultant des obligations du Code du Travail en matière d’Hygiène
et Sécurité du Travail.
Conséquences :
L’entreprise est tenue de faire vérifier par un organisme agréé
la conformité de ses installations neuves avant leur mise en service.
S’il s’agit d’une construction neuve ou d’une extension, ceci incombera
au maître d’ouvrage. Par la suite, l’entreprise est tenue de faire vérifier
périodiquement le maintien de cette conformité dans le temps.
Si l’entreprise est locataire, cela relève de sa responsabilité.
La prévention
Le Chef d’entreprise, le Chef d’établissement, plus généralement
l’employeur disposent de plusieurs moyens de prévention.
Ces moyens sont complémentaires :
• vérification de la conformité de l’installation aux dispositions
législatives en matière d’Hygiène et Sécurité du Travail ;
• consignes d’entretien et d’exploitation ;
• vérifications techniques.
Au stade de la conception des installations, l’architecture du réseau,
le dimensionnement et le choix des protections garantiront la maîtrise
des risques.
Consignes d’entretien et d’exploitation
On distingue :
• des consignes et dispositions générales s’appliquant à toutes
les installations :

  • connaître l’installation ;
  • utiliser les matériels conformément aux exigences des constructeurs ;
  • ne pas modifier les installations (calibrage des protections)
    sans l’accord du fabricant ou de l’installateur professionnel ;
  • ventiler les locaux techniques électriques et tableaux électriques ;
  • réglementer l’accès à ces locaux et tableaux ;
  • faire la chasse aux installations « sauvages » : multiprises,
    chaufferettes… ;
  • programmer des périodes de maintenance pour le nettoyage
    des installations électriques ;
  • choisir des matériels adaptés à l’environnement (humidité,
    température, poussières…) ;
  • limiter au strict nécessaire les matériels sous tension en permanence
    sans surveillance ;
  • tenir compte de la production, en service normal, d’arcs
    ou d’étincelles dans les matériels notamment les outillages à main ;
  • lorsqu’un appareil de protection déclenche, ne pas réenclencher
    sans avoir éliminé le défaut.
    • des consignes et dispositions particulières s’appliquant à certains
    locaux ou activités présentant des risques d’incendie ou d’explosion :
  • tenir un inventaire des locaux ou des parties de locaux à risques
    d’incendie et d’explosion ;
  • limiter strictement les appareils électriques à ceux nécessaires
    à l’exploitation ;
  • ne pas faire traverser les locaux par des canalisations électriques
    étrangères ;
  • installer des conducteurs électriques non propagateurs d’incendie ;
  • mettre des presse-étoupe aux passages des câbles électriques
    dans les murs et cloisons ;
  • installer des dispositifs de protection renforcés et correctement
    calibrés (ex : disjoncteurs différentiels, contrôleur permanent
    d’isolement).
    Cas particulier de l’électricité statique
    • En cas de sensibilité de l’activité à l’électricité statique, il conviendra
    de limiter les conditions de création et d’accumulation de la charge
    électrostatique (contrôle de l’atmosphère de travail, saturation en gaz
    inerte, liaisons équipotentielles) et de mettre en place les dispositifs
    de décharge (éclateurs) les plus adaptés à l’installation à protéger.
    Vérifications techniques
    • Contrôle thermographique infra rouge (T.I.R) des tableaux électriques
    et coffrets de puissance.
    Il est utile que ce soit le même contrôleur qui opère de façon
    à ce qu’il connaisse les installations.
    Le contrôle doit être effectué lorsque
    la charge électrique est représentative de l’activité. La périodicité
    doit tenir compte de l’importance de l’installation et de l’activité.
    La thermographie Infra rouge (TIR) est un bon moyen de lutte
    contre les phénomènes de desserrage.
    • Vérification de l’isolement d’une machine par rapport à la terre.